Accueil / ANTITRUST ENFORCEMENT / PUBLIC ANTITRUST ENFORCEMENT / ABUS DE POSITION DOMINANTE / L’AUTORITE FRANÇAISE DE LA CONCURRENCE ACCEPTE ET REND OBLIGATOIRES LES ENGAGEMENTS PROPOSES PAR LE PMU

L’AUTORITE FRANÇAISE DE LA CONCURRENCE ACCEPTE ET REND OBLIGATOIRES LES ENGAGEMENTS PROPOSES PAR LE PMU

Malossol-davanti-a-Vedelago-nel-Premio_ParioliLe 25 Février 2014, dans sa décision n° 14-D-04, l’Autorité française de la concurrence a accepté et rendu obligatoires les engagements présentés par le Paris Mutuel Urbain (PMU) dans le cadre du marché des paris hippiques.

Cette décision de l’Autorité fait suite à une plainte déposée par la société Betclic à l’encontre du PMU, titulaire du monopole légal des paris hippiques dans les points de vente physiques (paris hippiques « en dur »). Betclic dénonçait certaines pratiques adoptées par le PMU, qui tendait à mutualiser ses activités de paris hippiques « en dur » avec celles de son site internet PMU.fr, en estimant, dès lors, que les concurrents de PMU.fr, qui ne bénéficient pas d’un tel monopole légal, subissent donc un désavantage concurrentiel et, partant, risquent d’être évincés du marché. Le PMU a proposé d’abandonner de telles pratiques tout en estimant d’avoir besoin d’une période de deux ans pour séparer ses activités de paris hippiques « en dur », d’une part, et de paris hippiques en ligne, d’autre part.

Dans leurs réponses au test de marché lancé par l’Autorité, l’ensemble des opérateurs ont critiqué ce délai proposé par le PMU en mettant en avant la fragilité de leur situation financière. Le PMU a finalement accepté d’améliorer ses engagements et de fixer au 30 septembre 2015 la date limite de séparation de ses deux activités. Même si elle a souligné la longueur de ce délai, l’Autorité de la concurrence l’a jugé « techniquement justifié » et a, in fine, confirmé la pertinence des engagements proposés par le PMU.

Ainsi, il ne sera plus possible pour PMU.fr de proposer des gains aussi élevés que par le passé qui ne pouvaient être financés que grâce à sa situation de monopole sur les paris hippiques « en dur » et l’exercice d’une concurrence effective entre les différents acteurs devrait de nouveau être assuré.

L’Autorité de la concurrence a donc rendu obligatoires ces engagements et clos la procédure.

Source : Autorité de la concurrence

À propos Alberto Corduas

Alberto Corduas
Correspondant pour la France de l’Osservatorio Permanente sull'Applicazione delle Regole di Concorrenza

2 plusieurs commentaires

  1. Pingback: socialeum

  2. Pingback: Gregory Smith

Laisser une réponse